Projects/

Ouessant



Ouessant

La première fois que j’ai mis les pieds à Ouessant, j’avais 10 ans. Il m’en a fallu presque 20 avant d’y retourner et pourtant la sensation, elle, est restée la même. Ce sentiment de respirer; Respirer une grande bouffée d’air frais au milieu de ce paysage solitaire. La solitude de cette île résonnait pour moi comme une évidence face à la solitude du photographe. La photographie est une pratique individualiste, ces chasseurs d’images tapis dans l’ombre errent, seuls.

Il faisait gris ce jour là, mon moyen format argentique autour du cou, j’ai erré. Erré sur ces chemins perdus dans l’océan. Après Ouessant, c’est l’Amérique! Je me suis sentie petite et pendant quelques heures, coupée de tout. J’ai figé cette solitude embaumée par la brume salée.



Projects/

Ouessant



Ouessant

La première fois que j’ai mis les pieds à Ouessant, j’avais 10 ans. Il m’en a fallu presque 20 avant d’y retourner et pourtant la sensation, elle, est restée la même. Ce sentiment de respirer; Respirer une grande bouffée d’air frais au milieu de ce paysage solitaire. La solitude de cette île résonnait pour moi comme une évidence face à la solitude du photographe. La photographie est une pratique individualiste, ces chasseurs d’images tapis dans l’ombre errent, seuls.

Il faisait gris ce jour là, mon moyen format argentique autour du cou, j’ai erré. Erré sur ces chemins perdus dans l’océan. Après Ouessant, c’est l’Amérique! Je me suis sentie petite et pendant quelques heures, coupée de tout. J’ai figé cette solitude embaumée par la brume salée.